Prête à devenir mère?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu l’envie de devenir mère.

De porter la vie.

En fait, tout paraissait si beau, si simple, si naturel.

Je ne crois pas ne jamais avoir dis que je ne voulais pas d’enfant.

En fait, je me suis lancée dans l’aventure avec Chouchou (il y a eu une autre grossesse avant lui, non souhaitée mais c’est une autre histoire), sans me poser de question.

Mais lorsque le test a viré au ++++, j’ai pleuré.

Pleuré de joie, de peur, d’inquiétude, d’angoisse. De tout ce mélange là en fait.

Car oui, on peut avoir cette grande envie d’être mère mais ça ne reste pas quelque chose d’anodin.

Lorsque l’on voit ce positif sur notre test et que celui-ci est confirmé par la prise de sang,

On prend comme une claque dans la figure et d’un seul coup, on sait que l’on ne doit plus penser qu’à soi.

Non, nous sommes deux, trois ou quatre parfois même, et même si ça ne fait que quelques jours, quelques semaines,

Cela ne change rien car nous sommes déjà maman au fond de nous.

Nous savons que nous portons la vie donc tout change.

Dès le début de la grossesse, généralement, nous faisons des plans.

Nous nous faisons des idées sur ce qu’il va se passer les prochains mois.

Nous avons hâte à chaque échographie, mais aussi de préparer l’arrivée de notre fruit d’amour.

Mais il ne faut pas se mentir.

Ca n’est pas toujours tout beau, au contraire.

Souvent, il y a des coups de mou dans la grossesse, des angoisses et questionnements qui arrivent, qui s’en vont et reviennent.

« Suis-je vraiment prête? », « vais-je y arriver », « mon bébé va t-il m’aimer? »

Après plusieurs grossesses, j’aurais tendance à dire que cela se passe surtout pour les 2 premiers enfants, en tout cas, ça a été comme ça pour moi.

Quand c’est le premier, c’est tout un chamboulement dans notre vie, il va falloir apprendre à vivre avec un petit être qui dépend totalement de nous.

Puis quand c’est un deuxième, c’est souvent les questions « est ce que je l’aimerais autant que le premier? », « est ce que j’arriverais à me partager? » et j’en passe.

La réponses à tout ça c’est bien évidement OUI mais ça on ne le sait que lorsque nous avons notre numéro 2 au creux de nos bras.

Lorsqu’arrive l’accouchement, c’est un sentiment de crainte parfois, ou de plénitude comme cela l’a été pour moi pour les deux premiers.

Ce bébé que l’on pose sur nous, que l’on regarde, que l’on sent pour la première fois, cette image qui nous restera à vie enfoui dans notre mémoire, il est tout pour nous.

Nous voilà maman.

Sur certains points, l’instinct maternel est bien présent.

Tellement de choses se font et arrivent si naturellement c’est incroyable!

Mais parfois, d’autres choses prennent du temps.

J’ai mis du temps avant de me sentir mère.

D‘arriver à croire que c’était moi qui avais créé ma petite Maeva.

J‘ai mis du temps, beaucoup de temps.

Quand je la regardais, c’était fou, je me disais « c’est moi qui l’ai fait, qui l’ai porté ».

Il m’arrive encore, au bout de presque 6 ans, de penser cela en la regardant jouer, grandir, dormir.

A ses 4 mois, j’ai fait une dépression post-partum.

Très peu de personne sont au courant, très peu s’en sont aperçus.

J‘ai été sous anti-dépresseurs durant presque 4 mois pour « aller mieux »

J‘avais peur, tellement peur de ma fille.

Peur de ne jamais savoir m’occuper d’elle, peur qu’elle ne m’aime pas., qu’elle ne s’attache pas à moi.

Peur de la toucher et qu’elle ressente mes angoisses.

J’étais souvent triste, pourquoi ? Je ne le sais pas alors que j’avais cette petite chose merveilleuse qui était juste là près de moi pour illuminer ma vie.

Je me suis alors souvent demandé si j’avais été vraiment prête à devenir mère.

Si j’allais être assez forte pour cela, si je ne m’étais pas sur estimée sur ce qu’était que ce travail de titan d’être une maman.

Je n’ai jamais voulu être une maman parfaite, de toute façon elle n’existe pas celle là ou alors c’est une mytho.

Je voulais être sa maman, être assez bien pour elle car elle, elle était tellement plus que parfaite pour moi.

Puis, tout ça est passé, toutes ces questions sont passées avec le temps, avec l’arrêt aussi des médicaments et la décision de mettre bébé numéro 2 en route

J’ai finalement arrêté de me poser toutes ces questions.

Après tout, PERSONNE ne naît père ou mère.

NON PERSONNE!

Nous apprenons en même temps que nos enfants apprennent à grandir.

Je dirais même que c’est eux qui nous font grandir.

Je crois que nous ne sommes jamais vraiment prêt à cela, il y a juste un sentiment en nous qui doit sûrement nous guider vers ce chemin.

Car oui, quoiqu’il arrive, des questions seront toujours présentes ici et là.

Et comme dirait Alyzée (Merci Clem pour la référence) si on doit attendre d’être prêt on ne fait jamais rien.

Malgré ce que je viens de vous dévoiler sur MA façon de voir les choses, car c’est purement un avis personnel avec l’expérience que je peux acquérir avec le temps,

Je n’ai jamais aucunement jamais regretté une seule seconde de m’être lancé dans cette merveilleuse aventure qu’est la maternité.

Aujourd’hui, même avec trois enfants, beaucoup de questions sont toujours là, dans mon coeur, dans ma tête.

Mais n’est-ce pas finalement notre lot quotidien à toutes?

Un petit commentaire fait toujours plaisir et permet de continuer à faire vivre le blog

Mademoiselle Mam'
Maman de Maeva, Nathan et Lucas, fiancée de Chou, je partage ici mes petits moments de mère et femme parfois un peu dépassée par la vie.
Un petit mot fait toujours plaisir.
Merci d’être m’avoir lu ♥
Rendez-vous sur Hellocoton !
N'hésitez pas à partager si vous avez aimé ♥
20
Mademoiselle Mam'

Mademoiselle Mam'

Maman de Maeva, Nathan et Lucas, fiancée de Chou, je partage ici mes petits moments de mère et femme parfois un peu dépassée par la vie. Un petit mot fait toujours plaisir. Merci d'être m'avoir lu ♥

3 pensées sur “Prête à devenir mère?

  • 22 avril 2017 à 9 h 34 min
    Permalink

    Moi qui ait toujours dit je ne veux pas d’enfant , a ses cotes j’ai ressenti le desir de fonder une famille, d’avoir un petit bout a nous, une concretisation de l’amour qu’on se porte, je me vois grandir, vieillir et devenir mere a ses cotes. Meme apres la naissance et il y a quelques temps encore, j’ai fais un passagede baby blues ou me sont revenus toutes ses questions.

    Répondre
  • 24 février 2017 à 15 h 53 min
    Permalink

    Quoi qu’il en soit, tu as une jolie petite famille, tes enfants ont l’air heureux (c’est donc que tu es une bonne maman) et c’est là l’essentiel 😉

    Personnellement, je ne me suis jamais posé de questions du style « est-ce que je suis vraiment prête ? » (de toute façon bébé est en route, donc pas le choix ! ^^), « est-ce que j’aimerai le 2ème autant que le premier ? » (car pour moi il était évident que oui). Par contre j’ai eu d’autres craintes comme la peur de les perdre.

    Une fois que les enfants sont là tu as raison, ce sont eux qui nous font grandir. On prend conscience que nous sommes responsables de ces petits êtres. Parfois la vie de parents c’est difficile on ne va pas se mentir, surtout quand ça fait plusieurs mois que bébé ne fait pas ses nuits ou alors qu’on se sent overbooké car il y a toujours quelque-chose à faire dans la maison, des couches à changer, des enfants à sortir / laver / faire manger… Difficile de trouver du temps pour soi quand leurs besoins passent avant tout. Mais une chose est sûre, leur amour nous le rend bien et il faut qu’on profite à fond de nos enfants car dans quelques années ils quitteront la maison et l’on regardera derrière nous en se disant que le temps est passé beaucoup trop vite… Nous ne sommes pas des mamans parfaites, on se posera toujours des questions, mais nous essayons de faire au mieux et tout ça avec beaucoup d’amour 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Facebook

By laeti
Top